AGRICULTURE

« Pacte en faveur de la haie »

doté d'un budget de 110 M€ dès 2024.

 

Afin de mettre un coup d’arrêt à la destruction et la dégradation des haies observées depuis une cinquantaine d’années (estimation de - 20 000 km linaire de haies par an en moyenne ces dernières années) les ministres ont présenté, à l’issue d’une visite dans une exploitation bretonne exemplaire, le Pacte en faveur de la haie et l’agroforesterie.

 

La France est dotée d’environ 750 000 km linaire de haies. Toutefois, malgré des mesures prises en faveur de leur préservation, le linéaire de haies continue à reculer dans le pays, sous l’effet conjoint d’arrachages et de pratiques de gestion et d’aménagement du territoire non durables qui entrainent leur dépérissement.

 

Pourtant, les haies présentent de nombreux intérêts, notamment en termes de préservation de la biodiversité et d’adaptation aux effets du changement climatique, deux défis majeurs pour la planification écologique engagée par le gouvernement.

 

 

D’une ambition inédite, puisqu’il s’agit d’obtenir un gain net du linéaire de haies de 50 000 km d’ici 2030, ce pacte propose une approche globale et intégrée, portant sur toutes les haies, agricoles ou non, et concernant l’ensemble des maillons contribuant à leur valorisation, des pépiniéristes, au chauffage par bois-énergie, en passant par les propriétaires et gestionnaires des haies, et les organismes de conseil, notamment associatifs les accompagnant.

 

Inscrit dans le cadre de la planification écologique et doté d’un budget de 110 M€ dès 2024 en plus des financements publics déjà existants, ce pacte offrira un engagement de l’État inscrit dans la durée de manière à fédérer et engager le plus grand nombre d’acteurs concernés par les haies.

 

 

Plantation d'une haie arbustive.

A la sainte Catherine tout bois prend racine, et à la Sainte Sidonie aussi. A l'initiative du maire et des adjoints, et le concours de la fédération départementale des chasseurs du Haut-Rhin qui offre les plants, une pluie fine et pénétrante n'aura pas empêché les chasseurs locaux, le 1er adjoint Nicolas Kress et la conseillère Christiane Cravé, les classes de CM1 et CE2 d'Aline, d'assurer la plantation de plus de 250 de moyennes et hautes tiges le long d'un chemin sur un territoire de la commune. Un deuxième session aura bientôt lieu pour finaliser ce premier effort de renaturation de nos plaines, avec les classes de CP et CE1 de Sophie Gerriet cette fois.

Nos forêts de demain en culture

Portrait d'une Pépiniériste

 

Circulation en milieu forestier

La pratique des sports motorisés est très en vogue. La vente de 4 x 4, de quads et autres véhicules spécialement équipés pour circuler hors-piste ne cesse de croître.

 

Or, la circulation des véhicules à moteur, en dehors des voies ouvertes à la circulation publique, cause des dommages aux milieux naturels (altération des habitats naturels), à la faune (dérangement, modification du comportement) et à la flore dont nous devons stopper la régulière dégradation. Elle est aussi source de danger (risques d’accident) et de nuisances pour d’autres catégories d’usagers (marcheurs, cavaliers, cyclistes) et de dégradations de pistes et de chemins (érosion).

 

En forêt, la circulation et le stationnement sur les pistes forestières sont réglementés par le code forestier, la circulation en sous-bois est interdite.

 

•Les voies ouvertes à la circulation sont les routes nationales, départementales, communales et les chemins ruraux.

 

•Un simple sentier pédestre ou un layon forestier est interdit à la circulation des véhicules à moteur.

 

Promenades

Promenades en forêt : Soyons prudents !

 

Après l’hiver, saisons particulièrement rude pour la faune sauvage, le printemps est une période de naissance des mammifères et de nidification des oiseaux.

Pour ne pas déranger les petits et leurs parents, nous conseillons aux usagers d’être prudents lors des promenades.

Les promenades printanières en forêt réservent parfois des surprises. Tomber sur un faon dans les broussailles, ou encore des marcassins n’est pas rare. Ces animaux ne sont pas perdus ou abandonnés, il ne faut surtout pas les toucher car l’odeur humaine accentuerait un risque d'abandon de leur mère  qui n’est  jamais très loin et qui vous observe.

La prudence est donc de mise en forêt ou dans les herbes hautes des près. C’est pourquoi lors des promenades les chiens doivent être tenus en laisse entre le 15 avril au 30 juin.

Les propriétaires des chiens considèrent très souvent que leur animal si docile et doux ne fera jamais de mal, sauf que l’instinct naturel revient très vite. Il aura tendance à courir derrière sa découverte pour la capturer ou essayer de jouer avec, une attitude qui peut entrainer la mort des jeunes animaux.

Que dit la loi :

Afin de préserver la tranquillité de la faune sauvage, l’arrêté ministériel du 31 juillet 1989 impose que les chiens soient tenus en laisse dans les bois et les forêts du 15 avril au 30 juin.

 

En cas de non-respect, le contrevenant est passible d'une infraction dont le montant s'élève à 135€

TIQUES

compteur html
compteur html
- Sem.

Fil INFOS

(cliquez sur le logo)

Wolfersdorf en images

cliquez

Plan de la Commune

Publication :

Mairie de Wolfersdorf

Webmaster Claude JUD

11/06/2024